Aymeric VINCENT représentant le shop Radiocommande.fr s’est rendu à Nantes pour participer au premier concours F3K depuis plus de 1 an et demi sans compétition le week-end du 11 et 12 juin, 16 pilotes engagés.

Pour rappel le F3K est une discipline à part entière dans le monde l’aéromodélisme, cette catégorie met en œuvre des planeurs de 150 cm d’envergure. Ces derniers sont lancés par le pilote à la seule force du bras pour la prise d’altitude (entre 60 et 70 mètres). Ensuite, il s’agit de trouver la bonne ascendance pour que le planeur grimpe encore, jusqu’à plusieurs centaines de mètres d’altitude et puisse ainsi réaliser des temps de vols précis et calibrés, permettant d’engendre le maximum de points en concours.

Le concours a débuté le samedi vers 14h sous un climat idéal avec une température avoisinant les 35°C. Lors de la première journée 5 manches ont été effectuées avec des conditions très intéressantes, enrichissantes et formatrices pour les pilotes surtout après une longue pause en raison de la crise sanitaire. A la fin de cette journée, Aymeric ce classe 7ème au classement général, heureux de son classement pour une reprise.

Après une nuit courte, du fait des retrouvailles et des discussions interminables autour d’un barbecue, il fallut se reconcentrer pour la deuxième journée du concours. De nouveau 5 manches à effectuer le dimanche, pour se maintenir au classement général, Aymeric a dû assurer ses derniers vols en prenant certains risques tout de même pour essayer de gagner quelques points. Il a eu raison car à la fin du concours Aymeric se classe 6ème, très satisfait de cette place.

L’objectif du concours n’était pas de sortir premier mais bien de retrouver le chemin de la compétition, les copains, l’ambiance familiale, l’entraide, le partage et la bonne humeur dont nous sommes privés depuis quelques mois. On voit le bout …

B09BD7D5-6662-4EEB-A8FE-FD86D2BB3443.jpg 64594FAC-6E51-4E57-831D-EF246403C41F.jpg
B04D3A0B-9A1A-40A6-BB4B-64A9D8747962.jpg 856E7333-11A6-42A6-A931-2E4C26D3F86D.jpg
2F9670F2-FE24-4F9B-BCD9-14237A6AC2DB.jpg CA25A7F2-4FEA-45D8-B34A-BB75162FBA07.jpg


Un petit historique sur moi et le modélime

J’ai commencé en 1994 (j’avais 7 ans) grâce à mon père. Lui volait depuis les années 80 en avion et hélico, il m’a donc transmis sa passion.
Pour mes débuts, j’ai commencé sur un Progo (avion thermique aile haute) mon apprentissage a duré une ou deux saison. Là j’ai commencé à piloter seul mes modèles, j’ai donc pu m’essayer à plusieurs domaines, vol de pente, avions de vitesse, Warbirds et planeurs.

A 12 ans, l’Electro 7 est devenu notre nouveau jeu en compétition. Le principe est de voler 10 minutes avec le moins de temps moteur possible, ensuite de poser au plus proche des 10 minutes et de la cible. 3 ans de compétition pour moi, la dernière année je me suis classé 3 ème au championnat de France Junior.

Pendant ces 3 années, mon père m’a formé au pilotage d’hélicoptère, apprentissage plutôt rapide, un été m’a suffi. J’ai décroché mes brevets de pilotes avions et hélicos afin de pouvoir faire les démonstrations en public.

Une pause en compétition d’environ 8 ans, les raisons = études et rugby. Et oui je ne pouvais pas tout faire. 

J’ai repris les manches en 2012, pour passer du temps avec mon père, la maladie est arrivée trop vite pour lui mais sa passion toujours aussi débordante. Il nous a quitté en 2014, depuis je vole, je vole, et je vole.

En 2017, il était temps pour moi de voir du monde pour progresser, me mettre des défis, me mesurer à d’autres personnes que mon club. On a toujours eux l’esprit de compétitions dans la famille et au sein du club. Depuis deux ans maintenant, je m’investis à fond dans l’objectif de reprendre la compétition à haut niveau et ce, dans une discipline assez particulière, le F3K.

Qu’est-ce que le F3K ?

Cette catégorie met en œuvre des planeurs de 150 cm d’envergure pesant un peu moins de 250 grammes. Ces derniers sont lancés par le pilote à la seule force du bras pour la prise d’altitude (voir les liens vidéo indiqués en annexe 2). Mais que l’on ne s’y trompe pas : ces modèles sont de véritables concentrés de technologie : profil de voilure hyper étudié, construction faisant largement appel aux matériaux composites et notamment au carbone, servos commandes entièrement numériques… Très esthétique et spectaculaire, le lancé s’effectue à la manière du lancement du disque en athlétisme, par un tour de rotation sur soi- même, le planeur étant maintenu entre deux doigts par un ergot aménagé au bout d’une aile.

La hauteur atteinte au lancé peut avoisiner les 75 mètres, selon le modèle et le lanceur.

Ensuite, il s’agit de trouver la bonne ascendance pour que le planeur grimpe encore, jusqu’à plusieurs centaines de mètres d’altitude et puisse ainsi réaliser des temps de vol précis et calibrés, permettant d’obtenir le maximum de points en concours.

Le F3K est une catégorie sportive complète, qui demande à la fois une bonne condition physique, une excellente maîtrise de l’aérologie et du pilotage. Chaque compétition comprend un ensemble de tâches à réaliser (dernier posé, 2 meilleurs lancés, réalisation de 1, 2, 3 et 4 minutes de vol, etc…). Le détail des tâches se trouvent dans l’annexe 1.


  

Suivez-nous sur Facebook