Catégories

Fabricants

Meilleures ventes

Un petit historique sur moi et le modélisme


J’ai commencé en 1994 (j’avais 7 ans) grâce à mon père. Lui volait depuis les années 80 en
avion et hélico, il m’a donc transmis sa passion.
Pour mes débuts, j’ai commencé sur un Progo (avion thermique aile haute) mon
apprentissage a duré une ou deux saison. Là j’ai commencé à piloter seul mes modèles, j’ai
donc pu m’essayer à plusieurs domaines, vol de pente, avions de vitesse, Warbirds et
planeurs.


A 12 ans, l’Electro 7 est devenu notre nouveau jeu en compétition. Le principe est de voler
10 minutes avec le moins de temps moteur possible, ensuite de poser au plus proche des
10 minutes et de la cible. 3 ans de compétition pour moi, la dernière année je me suis classé
3 ème au championnat de France Junior.


Pendant ces 3 années, mon père m’a formé au pilotage d’hélicoptère, apprentissage plutôt
rapide, un été m’a suffi. J’ai décroché mes brevets de pilotes avions et hélicos afin de
pouvoir faire les démonstrations en public.


Une pause en compétition d’environ 8 ans, les raisons = études et rugby. Et oui je ne
pouvais pas tout faire. 


J’ai repris les manches en 2012, pour passer du temps avec mon père, la maladie est
arrivée trop vite pour lui mais sa passion toujours aussi débordante. Il nous a quitté en 2014,
depuis je vole, je vole, et je vole.


En 2017, il était temps pour moi de voir du monde pour progresser, me mettre des défis, me
mesurer à d’autres personnes que mon club. On a toujours eux l’esprit de compétitions dans
la famille et au sein du club. Depuis deux ans maintenant, je m’investis à fond dans l’objectif
de reprendre la compétition à haut niveau et ce, dans une discipline assez particulière, le
F3K.


Qu’est-ce que le F3K ?
Cette catégorie met en œuvre des planeurs de 150 cm d’envergure pesant un peu moins de
250 grammes. Ces derniers sont lancés par le pilote à la seule force du bras pour la prise
d’altitude (voir les liens vidéo indiqués en annexe 2). Mais que l’on ne s’y trompe pas : ces
modèles sont de véritables concentrés de technologie : profil de voilure hyper étudié,
construction faisant largement appel aux matériaux composites et notamment au carbone,
servos commandes entièrement numériques… Très esthétique et spectaculaire, le lancé
s’effectue à la manière du lancement du disque en athlétisme, par un tour de rotation sur soi-
même, le planeur étant maintenu entre deux doigts par un ergot aménagé au bout d’une aile.
La hauteur atteinte au lancé peut avoisiner les 75 mètres, selon le modèle et le lanceur.
Ensuite, il s’agit de trouver la bonne ascendance pour que le planeur grimpe encore, jusqu’à
plusieurs centaines de mètres d’altitude et puisse ainsi réaliser des temps de vol précis et
calibrés, permettant d’obtenir le maximum de points en concours.
Le F3K est une catégorie sportive complète, qui demande à la fois une bonne condition
physique, une excellente maîtrise de l’aérologie et du pilotage. Chaque compétition
comprend un ensemble de tâches à réaliser (dernier posé, 2 meilleurs lancés, réalisation de
1, 2, 3 et 4 minutes de vol, etc…). Le détail des tâches se trouvent dans l’annexe 1.

 

 


Follow us on Facebook